AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cher invité
Bienvenue à toi sur le forum ! Nous espérons que tu nous rejoignes vite et que tu te sentes bien.
On t'accueillera bien, tu verras ! Et promis, on ne mord pas le premier jour.
Votez pour le forum
Nous avons besoin de vous pour faire grandir davantage le forum !
Vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois tops sites ! Sinon, une ou deux fois par jours c'est bien aussi hein !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète.

 :: Flashback :: Le passé ne s'oublie pas, il se cultive


Jake Davis

▌Date d'inscription : 23/12/2018
▌Messages : 484
▌Crédits : endlessly epic
▌Age du perso : 33
▌Adresse : Une jolie maison à Staten Island, dans le quartier de Mindside #1522
▌Métier : Capitaine de Police - s'occupe principalement de Brooklyn
MessageSujet: Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. EmptyVen 18 Jan - 22:40

Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète.
Alena & Jake

 
« J'adore les plaisirs simples. Ils sont le dernier refuge des gens compliqués. »
Jake avait eu la chance de grandir dans un foyer aimant. Ses parents étaient issus d'un milieu modestes, ils n'avaient pas toujours eu ce qu'ils voulaient, mais d'une façon générale, Marlon et Linda avait toujours tout mit en oeuvre pour que Billie et lui ait toujours tout ce dont ils avaient besoin, et principalement de l'amour et un foyer qui était pour eux synonyme de sécurité. Aussi, malgré les horreurs qu'il avait déjà pu voir, et parfois même faire, Jake ne concevait pas qu'on puisse à un seul moment, faire du mal à son enfant. Il ne faisait pas parti de ces parents qui prônaient la non violence absolue pour leurs gamins, Abby s'était déjà pris une ou deux fessées, certes, mais il y avait un fossé immense entre ça, et une raclée.  Ni Maddie ni lui ne concevaient l'éducation ainsi. Ainsi donc, les violences sur les enfants étaient probablement la chose qui excédait le plus Jake, en tant que père. Ce sujet était particulièrement sensible pour lui, qui pouvait voir au jour le jour les dégâts qu'une telle non-éducation pouvait causer sur la vie d'un gamin, sur le long terme.

Alors qu'il rentrait au poste avec l'un de ses officiers, un message d'alerte demanda à une patrouille de se rendre sur place pour une dispute conjugale, signalée par un voisin. Un père violent, et pas méconnu des services de police. Malheureusement, sa femme n'avait jamais porté plainte, et sa fille n'avait jamais pu bénéficier de la moindre protection. Il y avait toujours une bonne excuse. Jake fit donc demi tour à bord de la voiture de police, et mit les pleins gaz à l'adresse donnée par le standard. Une fois dans l'immeuble, on pouvait déjà entendre le brouhaha créer par la dispute. Les deux policiers montèrent les escaliers rapidement, et frappèrent à la porte. Une fois, deux fois. Après ces deux sommations, Jake échangea un regard avec son collègue, avant de donner un méchant coup de pied au niveau de la poignée, pour en défoncer la gâche. Souvent, l'un des deux parents étaient souvent ivres, ce qui facilitait le fait qu'ils aient parfois la main lourde. La mère se tenait devant une porte fermée, ou une petite fille pleurait derrière, alors que le père essayait de l'y extraire. L'officier s'occupa de la mère, alors que Jake se chargeait du père, qu'il éloigna rapidement. Le plus triste là-dedans ? Il n'avait même pas l'air d'être sous l'effet de substances. Prit d'une fureur noir, le père tenta de s'en prendre au capitaine, qui l'immobilisa sans trop de peine, non sans lui offrir le luxe de se prendre un coin de meuble ou deux dans le ventre, jusqu'à ce qu'il le menotte, sans ménagement. Il n'avait qu'une envie : le briser en deux, puis en quatre, puis en huit. L'officier le fit sortir et l'emmena à l'arrière du véhicule, éloignant les cris furieux de ce connard, pour l"emmener jusqu'au commissariat. Jake resta un moment dans l'appart, pour discuter avec la femme, et la rassurer, elle et sa fille. Encore une fois, elle ne voulait pas porter plainte contre son mari, craignant que ce soit encore pire après. Il l'aida à ranger les dégats, tout en lui parlant des services qui existaient pour leur protection. Apprivoisant la petite minute après minute, il remarqua ses bras couverts de bleus, ce qui lui fendit le coeur. Petit à petit, la mère eut de moins en moins le choix que de venir avec lui. Une patrouille vint les chercher. Restant à l'arrière avec la petite, ils mirent les sirènes pour l'amuser un peu, et Jake s'occupait de la distraire en jouant avec elle. Il les escorta dans un centre de service sociaux, mais l'assistance social qui se présenta à eux n'était pas celle qu'il avait l'habitude de voir. Tenant la gosse dans ses bras, elle ne voulait pas descendre de ceux-ci, serrant ses bras autour du barbu. Il lui promit que tout se passerait bien avec la dame, et qu'elle allait l'aider, elle et sa maman, à être heureuse. " J'y veillerai personnellement." promit-il à la mère . Puis il se tourna vers la jeune femme, et lui tendit la main. Il lui lança un regard lourd, comme pour la mettre en garde que ça n'était pas des paroles en l'air : " Je vous fais confiance pour honorer ma promesse. Je pense qu'on se reverra."  La petite lui fit un dernier gros câlin lorsqu'il parti, avant de se réfugier dans les jambes de sa maman.

Le soir, Jake n'avait qu'une envie : rentrer chez lui, prendre sa fille dans ses bras, lui dire ô combien il l'aimait et lui jurer de ne jamais lui faire de mal. Malheureusement, celle-ci était en week-end avec Maddie chez ses beaux-parents. Il n'eut droit qu'à un appel en visio, qui le frustrait finalement encore plus. Sa femme avait raison, c'était un papa-poule qui détestait savoir son petit poussin loin de lui. L'idée de rentrer dans cette maison vide n'était en rien un soulagement de fin de journée. Il décida alors d'aller boire un verre ou deux avant, histoire de n'avoir qu'envie de dormir une fois rentré chez lui, sans passer par la case maussade. Occuper par un match sur une télé, et la correction du rapport de son collègue pour cette dernière intervention, depuis son téléphone, Jake siffla quatre bières en un rien de temps. Les lieux s'étaient franchement bien rempli depuis son arrivée. Vous trouvez ça triste d'aller seul dans un bar? Rassurez vous, Jake n'était jamais vraiment seul... " Arrête de penser à cette petite, t'as fait ce qu'il fallait pour elle. Casser la gueule à son père n'aurait rien changé. Et puis elle avait l'air de connaitre son travail, arrête de te faire du mouron. " Usant de la technique du kit main libre, écouteur dans les oreilles, il pouvait parler librement avec Billie, sans passer pour un fou. " Hé, regarde qui est là !" lui dit alors sa frangine, en montrant du doigt la jeune femme de cette après-midi, dans la rue, sur qui il avait posé son regard sans faire immédiatement le rapprochement. Ni une ni deux, il toqua à la vitrine donnant sur la rue pour l'interpeler, avant de la rejoindre à l'extérieur." Ah ! J'vous avais bien dit qu'on allait se revoir bientôt." lui dit-il, lui souriant un peu. Un peu plus que précédemment dans la journée, ses quatre pintes y étant peut-être pour quelque chose. " C'est marrant, j'étais justement en train de parler de l'affaire avec ma soeur.  Vous faites quelque chose, ou vous êtes libre pour prendre un verre avec nous. Moi." rectifia-t-il en retirant ses écouteurs inutiles. .
(c) DΛNDELION

_________________
Tell me somethin' girl
ARENT'T YOU TIRED TRYIN' TO FILL THAT VOID?
Or do you need more? Ain’t it hard keeping it so hardcore? I’m falling... In all the good times I find myself longin' for change, and in the bad times, I fear myself... ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Alena M. Walker

▌Date d'inscription : 22/12/2018
▌Messages : 729
▌Crédits : Alaska
▌Age du perso : 32
▌Adresse : Dans l'Upper East Side, dans le penthouse de ses grands-parents en attendant de trouver quelque chose
▌Métier : Assistante Sociale
MessageSujet: Re: Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. EmptyDim 27 Jan - 18:23


   
Tout le monde dispose de trois vies
Tout s’était enchainé très vite pour Alena. Elle avait atterri dans la nuit et n’avait pensé à rien d’autre qu’à se mettre au lit. Puis était partie directement au travail. S’était ensuivie une matinée de présentation qui fut somme toute sommaire. C’était triste à dire mais toutes les agences se ressemblaient. A savoir trop de dossiers et pas assez de personnel. La jeune femme avait donc eu droit à un topo rapide et les trois personnes qui étaient présentes ce jour-là lui furent présentées. Brianna, une rousse au visage rond avec des yeux rieurs avait sa préférée. Alena avait senti que le courant était bien passé avec elle et avec Valery une brunette dont c’était le premier poste. Par contre la dernière lui avait paru être une poseuse de première et au fil des heures cette impression n’avait fait que de se confirmer. Bri lui avait confirmé son impression. C’était la fille d’un haut gradé qui pouvait faire la pluie et le beau temps au bureau. Elle briguait des postes bien plus hauts et être une « simple » assistante sociale n’était qu’un passage obligé. Aussi n’était-elle guère aimée dans ce service. Heureusement pour tout le monde, elle devait partir bientôt ayant enfin eu la promotion qui allait la rapprocher du poste tant convoité.

La matinée s’était donc déroulée sans trop de heurt jusqu’à ce qu’on l’envoie sur son premier dossier. D’habitude, c’était Brianna qui s’occupait de ça mais cette fois, elle était occupée avec une mère qui venait réclamer son enfant à cor et à cris. Compte tenu de l’expérience d’Al, c’était à elle qu’on avait demandé d’aller au poste de police. La jeune femme eut droit au capitaine lui-même. Du moins c’est ce qu’elle avait appris après.

« Ne vous inquiétez, je n’ai pas pour habitude de faire mon travail à moitié… », lui répondit-elle du tac au tac.

Elle ne savait pas trop si elle était agacée de sa remarque ou bien heureuse de voir un policier impliqué. Mais Alena n’avait pas besoin qu’on lui dise comment faire son travail. Elle s’était toujours donnée à fond dans chacun de ses dossiers et ce n’était pas maintenant qu’elle allait commencer à se relâcher. Mais d’un autre côté, elle trouvait touchant qu’il se comporte ainsi avec la petite fille qui était accrochée à lui. Alors elle ne dit pas plus et se contenta de hocher la tête quand il lui dit qu’ils allaient se revoir bientôt. Avec leurs métiers respectifs, il y avait de fortes chances que ce soit vrai. La jeune femme oublia vite ce flic pour se consacrer à la petite fille qui se cachait dans les jambes de sa mère. Alena avait toujours su s’y prendre avec les enfants et cette petite ne fit pas exception à la règle. Elle apprit ainsi qu’elle s’appelait Annie et sa mère Barbara. La jeune femme passa une bonne partie de son après-midi avec elles. En partant, elle avait presque convaincue Barbara de se rendre dans un des centres administrés par l’association de sa grand-mère. Il y avait encore un long travail à faire mais tant que le père était dans les parages, cela n’allait pas être simple. La jeune femme revint au bureau et passa le reste de sa journée assise à son bureau pour prendre connaissance de ses dossiers. Ils étaient nombreux et elle ne put que constater que ce que Sally lui avait dit sur les agences de New-York étaient malheureusement vraies. Mais Al ne se décourageait pas, elle savait qu’il y aurait beaucoup à faire mais elle n’avait pas grand-chose à faire en dehors donc bon…

En sortant, elle vit qu’il faisait déjà pratiquement nuit et pour sa première soirée à New-York, elle n’avait pas vraiment envie de rentrer dans un appartement vide. Melo avait été confié à un chenil le temps qu’elle arrive et prenne ses marques. Elle devait le récupérer ce week-end. Et surtout, elle avait reçu plusieurs messages de Chris depuis ce matin. Messages dont elle n’avait envoyé aucune réponse ne sachant pas quoi lui dire. Il lui manquait mais elle avait peur de ce qu’il pourrait lui dire et surtout de ce que ELLE pourrait lui envoyer. La brunette n’avait aucunement l’intention de revenir vers lui et ça aurait été malhonnête de sa part de lui faire croire qu’il y avait une possibilité. Soupirant, elle s’installa à une petite table isolée près de la fenêtre et commanda une bière. Son portable à la main, elle regardait une nouvelle fois les messages de son ex quand un bruit sur la vitre la fit sursauter. Levant le regard, elle vit le policier – pardon le capitaine – de la petite Annie. Il la rejoignit alors et s’installa sans façon en face d’elle.

« Installez-vous capitaine. » lui dit-elle un peu ironiquement.

Elle reposa le téléphone et sourit légèrement. Un homme qui parlait avec sa sœur de ses affaires ne devait pas être un goujat. Et puis Annie l’aimait bien ce qui faisait un bon point pour le capitaine.

« Je n’ai rien de prévu alors je peux bien boire un verre avec vous,
rajouta-t-elle. Votre sœur va bien ? »

Elle attendit qu’il passe commande avant d’enchainer

« Annie et sa mère vont bien. Je dois les revoir dans deux jours, vous pensez que le père sera déjà de retour ? Est-ce que j’aurai le temps de les convaincre de s’installer dans un foyer le temps qu’elles se remettent ? »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   

_________________

Take me, pull me all around. Break me, I'm yours.
- in this moment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jake Davis

▌Date d'inscription : 23/12/2018
▌Messages : 484
▌Crédits : endlessly epic
▌Age du perso : 33
▌Adresse : Une jolie maison à Staten Island, dans le quartier de Mindside #1522
▌Métier : Capitaine de Police - s'occupe principalement de Brooklyn
MessageSujet: Re: Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. EmptyLun 28 Jan - 19:37

Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète.
Alena & Jake

 
« J'adore les plaisirs simples. Ils sont le dernier refuge des gens compliqués. »
Jake pensait beaucoup à cette petite fille, et à ce qu'elle avait dû endurer depuis quelques temps. Évidemment, la maman aussi ne devait pas être en reste, mais ses pensées se dirigeaient principalement vers l'enfant. C'était sans doute parce qu'il était lui même père, et qu'il ne pouvait concevoir tant de barbarie sur la chair de sa chair. Abby était toute sa vie, et même plus encore. Jake avait déjà mal au coeur lorsqu'il devait la punir, ou lorsqu'il l'entendait pleurer dans sa chambre après l'y avoir congédiée. Plus d'une fois, en refermant la porte de celle-ci, il s'était senti comme le pire des papas, et plus d'une fois, il avait levé la punition bien avant l'heure. Son plus grand et son plus beau combat était celui d'éloigner sa princesse des horreurs du monde dans lequel ils vivaient, et de rendre sa vie aussi belle qu'il le pouvait. Comment un père pouvait-il amener tant de mal dans sa propre maison? Lorsqu'il voyait la tristesse de certaines familles, il se disait qu'avec Maddie, ils s'en sortaient finalement plutôt bien, même si pour ça ils devaient parfois mentir. Mais quel parent ne ment jamais? Il suffit juste de prendre l'exemple de noêl. La fête et l'être les plus aimés des enfants, avant même leurs parents, était un tissus de mensonges. Ils seraient bien assez tôt à même de comprendre que la vie n'était pas comme aux pays des bisounours pour les préserver aussi longtemps qu'ils le pouvaient. Ainsi donc, n'ayant pas eu de retour sur l'enquête en dehors du rapport de son collègue qu'il avait corrigé et validé, apercevoir l'assistante sociale en charge du dossier était une vraie aubaine pour en savoir plus.

Après s'être invité vers elle, il lui proposa un verre, qu'elle accepta, puisqu'elle n'avait rien de prévu. Comment ça, rien de prévu ? N'avait-elle pas un dossier urgent en court, à régler au plus vite ? Il le lui avait pourtant préciser qu'il y veillerait, il ne la laisserait pas brasser de l'air. Comment ça, rien de prévu ? " Jake, tout doux. Elle ne peut pas aller plus vite que l'administration. Et tu sais mieux que personne que vitesse et administration sont deux mots incompatible dans la même phrase..." commenta Billie, amusée par l'entêtement et les pensées de son frère. Elle avait raison. Comme toujours. Bien, il devrait se contenter qu'elle n'ait que du temps devant elle, alors. Elle lui parla alors de sa sœur, ce qui surprit un peu le capitaine. Entre une qui défendait l'autre, et l'autre qui prenait des nouvelles, c'était comme si ces deux là étaient déjà copines. Sauf que ça risquait d'être compliquer à mettre en œuvre. " Dis lui que je pète le feu, que je ne me suis jamais sentie aussi vivante !"   riait-elle, brouillant les pensées de Jake, qui s'éclaircit la gorge pour reprendre ses esprits. "Si on veut." répondit-il simplement. Que dire d'autre ? Lui mentir en lui disant qu'elle allait très bien, ou passer pour un fou en disant qu'elle n'allait pas bien puisqu'elle était morte ? Non, en soit, bien qu'elle ne soit plus de ce monde, Billie allait bien. Elle le disait-elle même...

Jake demanda une nouvelle bière, et très vite, la jeune assistante sociale parla du cas qui les avait réunis aujourd'hui. Elle devait bien se douter que c'était ce qui avait poussé le capitaine à venir l'aborder quelques instants plus tôt. « Annie et sa mère vont bien. Je dois les revoir dans deux jours, vous pensez que le père sera déjà de retour ? Est-ce que j’aurai le temps de les convaincre de s’installer dans un foyer le temps qu’elles se remettent ? » Deux jours ? pensa-t-il à l'unisson avec sa sœur, qui s'était assise sur le coin de la table, n'ayant pas de chaise pour elle. " Hmm..." fit Jake pensif en regardant ailleurs, se grattant la barbe comme si ça allait l'aider à y voir plus clair. " Étant donné qu'aucune plainte n'a été déposée, même avec le rapport de mon collègue, et qu'il a invoqué ses droits pas plus tard que tout à l'heure, on n'va pas pouvoir retenir son mari au poste des lustres, malheureusement. Il sera libre dès demain, légalement, on ne peut pas le garder plus longtemps. " dit-il à contre-coeur. Deux jours, elle n'avait besoin que de deux jours pour peut-être convaincre la petite et sa mère d'intégrer un foyer spécialisé, non ? Si le mari rentrait chez lui, il refermerait la porte qu'ils avaient réussi à ouvrir pour elles comme pour une issue de secours. Et l'enfer continuerait pour les deux femmes. Et Jake n'aurait pas tenu la promesse qu'il avait faite à la gamine, et ça, il n'en était vraiment pas question. Oh que non. Son regard se planta alors dans celui de la demoiselle. " Ah non Jake, non!" protesta Billie, sachant très bien ce qu'il avait derrière la tête. " Écoutez, voilà ce que je vous propose. Vous mettez ce dossier au dessus de votre jolie petite pile de dossiers, vous vous débrouiller pour pouvoir les voir et arranger leur situation dès demain. Si je dois vous aider à enfoncer quelques portes pour le faire, vous pouvez comptez sur moi, et de mon côté, je vous obtiens le délai qu'il vous manque pour finaliser tout ça, sans faute. Marché conclu?" demanda-t-il en lui tendant la main. Il avait mille et une façon pour retenir le père un peu plus au poste. Ca allait de la plus facile à la plus grave. Ne serait-ce pas dommage qu'en sortant demain, il s'en prenne à ce cher capitaine ? Qui l'aurait sans aucun doute un peu provoqué avant. Ne serait-ce pas vraiment la faute à pas de chance si durant la nuit, la police recevait une information anonyme concernant de la drogue à l'adresse de ce connard? Vraiment, parfois, quand le karma est contre soi... Non, effectivement, Jake n'aurait aucun mal à trouver une idée pour qu'il ne puisse pas sortir tout de suite, peu importe si son avocat jouait la carte de l'acharnement. Quel acharnement ? Tout incident ne serait que fortuit.
(c) DΛNDELION

_________________
Tell me somethin' girl
ARENT'T YOU TIRED TRYIN' TO FILL THAT VOID?
Or do you need more? Ain’t it hard keeping it so hardcore? I’m falling... In all the good times I find myself longin' for change, and in the bad times, I fear myself... ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Alena M. Walker

▌Date d'inscription : 22/12/2018
▌Messages : 729
▌Crédits : Alaska
▌Age du perso : 32
▌Adresse : Dans l'Upper East Side, dans le penthouse de ses grands-parents en attendant de trouver quelque chose
▌Métier : Assistante Sociale
MessageSujet: Re: Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. EmptyDim 10 Mar - 19:11


   
Tout le monde dispose de trois vies
Al adorait métier. Elle avait parfois l’impression de pouvoir aider un peu son prochain. Elle n’avait pas la prétention de croire que grâce à ses interventions, elle faisait des miracles. Non. Loin de là même. Mais si elle pouvait aider quelqu’un ne serait que de la moitié de ce que Sally avait pu faire pour elle, alors tout ça en vaudrait la peine encourue. Mais elle avait appris avec le temps qu’on ne pouvait pas aller plus vite que la musique. La lenteur et l’inertie de l’administration faisait en sorte que la jeune fille qui avait tant impatiente au début était devenue une jeune femme bien plus patiente. Qui avait appris à composer avec la bureaucratie. Et ce même si elle en détestait chaque partie. Mais elle devait bien admettre qu’elle faisait dorénavant partie de cette bureaucratie Alena et ce même si elle détestait cela. Parce que sa nature l’avait toujours porté vers une attitude plus action-réaction plutôt que réaction-réaction-action. Elle avait appris comme tout le monde qu’on n’avait pas le droit de faire ce qu’on voulait même si c’était pour aider son prochain. Et elle savait que la personne qui lui faisait face était bien plus comme ça aussi. Car sinon, il ne l’aurait pas abordée. Elle savait que le cas de la petite Annie l’avait touché. Elle avait vu comme la petite s’était accrochée à lui tout comme si sa vie en dépendait et c’était un signe qui ne trompait pas. Alors elle ne perdit pas son temps pour lui parler du motif de sa présence en face d’elle. Et elle en profita pour lui demander un peu indirectement combien de temps elle avait pour réussir à décider la mère de la petite à quitter son mari. Du moins temporairement, le temps qu’il se fasse soigner. Ou pas. Al n’aimait pas devoir séparer des familles mais quand les circonstances l’exigeaient, elle savait se montrer assez persuasive. Surtout lorsqu’il y avait des enfants en jeu. Elle fronça un peu les sourcils et mettant sa main dans la sienne, elle lui demanda

« Et si je vous donnais la liste des autres paternels violents envers leurs progénitures, vous allez pouvoir les coffrer aussi Capitaine ? »

Sa voix s’était faite un peu plus sèche et très largement ironique en prononçant ses paroles. La jeune femme voulait aider Annie mais elle voulait aider aussi le petit Tony dont elle soupçonnait le père d’abuser sexuellement de lui, elle voulait aussi aider le petit Robbie qui n’avait pas à manger tous les jours et qui travaillait au noir pour aider sa pauvre mère seule. Et il y avait aussi les enfants Stark et les enfants Iron. Et la liste ne ferait que s’allonger si elle devait mettre le dossier de la petite Annie sur le dessus comme le lui disait si gentiment cet homme. Sentant la moutarde lui monter au nez, Alena s’efforça de respirer pour ne pas passer ses nerfs et sa frustration sur le pauvre homme qui lui faisait face. Ce n’était pas de sa faute si elle se sentait accablée par l’inertie du système. Lui essayait d’aider vraiment la petite. Soupirant légèrement, elle lui fit un petit sourire confus

« Excusez-moi… Je n’aurais pas dû vous dire ça mais il y a tellement d’enfants dans le même cas qu’Annie voire pire que… Bref… »

Elle prit son verre qu’elle but cul sec avant de reprendre

« J’ai des rendez-vous que je ne peux vraiment pas décaler demain matin mais si vous pouvez faire en sorte qu’il ne sorte que tard dans l’après-midi voire même en soirée, je m’arrangerais pour qu’elles puissent partir rien qu’avec un sac »

Tout en parlant, la jolie brune pensait à l’une des maisons d’accueils de l’association de sa grand-mère. Même si elles avaient pour but premier d’accueillir des jeunes adolescents perdus dans la vie, Al pourrait aisément convaincre la directrice d’héberger Annie et sa mère quelques jours, le temps qu’Al leur trouve quelque chose de plus stable… Ce n’était pas des conditions idéales mais elle n’avait pas d’autres solutions pour l’instant. Et puis le principal était qu’elles puissent échapper à leur alcoolique de mari et de père non ?

« Qu’en pensez-vous Capitaine ? Pouvez-vous me faire gagner quelques heures ? Sans dommage pour aucune des parties entendons nous bien… »

Elle n’était pas idiote et pouvait lire entre les lignes de ce que voulait faire le policier.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   

_________________

Take me, pull me all around. Break me, I'm yours.
- in this moment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jake Davis

▌Date d'inscription : 23/12/2018
▌Messages : 484
▌Crédits : endlessly epic
▌Age du perso : 33
▌Adresse : Une jolie maison à Staten Island, dans le quartier de Mindside #1522
▌Métier : Capitaine de Police - s'occupe principalement de Brooklyn
MessageSujet: Re: Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. EmptyVen 22 Mar - 18:25

Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète.
Alena & Jake

 
« J'adore les plaisirs simples. Ils sont le dernier refuge des gens compliqués. »
C'était tout à fait par hasard qu'il avait la chance d'avoir ce tête à tête avec l'assistance sociale,et Jake comptait bien profiter de ce fameux hasard pour aider la petite Annie comme il le pouvait. Malheureusement, ça n'était pas quelque chose qu'il pouvait faire complètement seul. Il pouvait certes faire éliminer le problème de façon définitive, mais il avait déjà assez de sang sur les mains pour savoir que ça n'était pas la meilleure des idées.  Et puis, qui était-il pour décider de qui devait vivre ou qui devait mourir? La petite aurait peut-être besoin de son père un jour, et sa femme de son mari. Il était bien placé pour savoir qu'un jour ou l'autre, tout le monde pouvait changé. Il l'avait fait, dans le mauvais sens, ça n'excluait pas la possibilité que la même chose se produise mais dans le bon sens cette fois-ci? Il proposa alors à l'assistante sociale un marché. Elle s'occupait du cas de la petite fille avant ceux qu'elle avait sur le feu, et de son côté, il l'aidait a aller plus vite que la musique, ou, plus exactement, plus vite que l'administration. Jake savait quelles portes enfoncer pour contourner le système et gagner du temps. Ca n'était pas pour rien qu'il était si bon dans son métier. Elle accepta le deal, en apparence en tout cas. Lui serrant la main, elle répliqua alors avec une certaine véhémence qui ne pouvait pas échapper au capitaine de police : « Et si je vous donnais la liste des autres paternels violents envers leurs progénitures, vous allez pouvoir les coffrer aussi Capitaine ? » Jake fut quelque peu désarçonné devant cette réponse, ne s'attendant vraiment pas à ça. Il pensait qu'elle serait plutôt agréablement surprise qu'il puisse mettre autant de conviction à défendre cette gamine, bien qu'il ne le faisait pas pour la gloire. Il vivait et travaillait avec suffisamment de femmes pour savoir qu'il ne valait mieux pas l'envoyer bouler maintenant, ne pensant pas mériter ce ton qu'elle avait employé. Rapidement, il comprit son erreur. Si ce cas était actuellement la seule affaire de Jake dans ce genre là, ça n'était sans doute pas le cas pour elle. Il était effectivement très injuste de vouloir placer Annie au dessus des autres. Mais d'un autre côté, que pouvait-il faire pour eux ? Mettre un collant et une cape et jouer au super-héros ? Actuellement, il avait les moyens factuels d'aider Annie, alors même si elle n'était pas une priorité pour elle, elle l'était pour lui. Il ne comptait pas en démordre. Peut-être qu'elle avait remarqué que cette remarque l'avait laissé quelque peu interdit, puisqu'elle ajouta : « Excusez-moi… Je n’aurais pas dû vous dire ça mais il y a tellement d’enfants dans le même cas qu’Annie voire pire que… Bref… » Ca n'était pas vraiment une victoire vues les circonstances, mais au moins, il avait vu juste. Le fait qu'Annie n'était pas sa seule affaire était bien le problème, et d'avoir voulu la faire passer avant tout le monde aussi... Il répondit à son excuse d'un léger sourire, bras croisés contre son torse, l'air de lui signifier que ça n'était rien. Il avait encore besoin d'elle, elle pouvait bien s’énerver autant qu'elle le voulait contre lui, il ne plierait pas le premier. Toutefois, se la mettre à dos n'était clairement pas le but, il allait devoir jouer la diplomatie et ça, ça n'était pas son fort.  

Elle attrapa sa bière fraichement servie et la vida en quelques gorgées, sous le regard surprit de Jake et de Billie. "Et bien, on dirait bien qu'il y en a une qui passe une sale journée..." commenta alors la grande sœur du policier, aussi impressionnée que lui. Ou il l'avait suffisamment agacé pour qu'elle veuille mettre un terme à leur échange et justifier son départ par le fait qu'elle n'avait plus rien à faire ici, sa bière étant vide. Que ce soit pour la raison A ou la raison B, Jake décroisa ses bras et poussa doucement d'une main la bière qu'il avait commandé un peu plus tôt vers elle, ne l'ayant pas touché. Il en avait déjà bu quatre avant qu'elle ne se pointe, il n'avait pas forcément besoin de celle-ci. Contrairement à elle, visiblement. Offrande qu'il fit d'un clin d’œil complice - il savait ce qu'était une mauvaise journée, il ne la jugeait pas -  et d'un sourire plutôt amical et agréable - ça c'était pour éviter qu'elle ne prenne la fuite si c'était l'option B qui s'appliquait à la situation -. Ca fonctionnait, puisqu'elle restait ici, et qu'elle continuait de chercher une solution.  Elle expliqua alors avoir des rendez-vous qu'elle ne pouvait pas décaler dans la matinée, et lui demandait donc de garder le père de Annie au commissariat jusqu'en fin d'après midi, voire en début de soirée pour s'assurer que les victimes de cet homme ait un sac pour partir de chez elles. Comme il le lui avait déjà dit, il pouvait très facilement s'arranger pour le garder tout le temps qu'il lui fallait. « Qu’en pensez-vous Capitaine ? Pouvez-vous me faire gagner quelques heures ? Sans dommage pour aucune des parties entendons nous bien… » conclut-elle, faisant rire Jake alors qu'il recroisait les bras contre lui. Sans dommage pour aucune des parties, elle était bien bonne celle là. " Je ne pense pas que c'était une blague, idiot." lui intima sa frangine, lui faisant perdre cette mine amusée qu'il avait affiché quelques secondes plus tôt. Ah ?

Se raclant la gorge il afficha un air un peu plus grave, ne voulant pas qu'elle pense qu'il ne prenait pas cette situation au sérieux. C'était sa blague - qui n'en était finalement pas une - qu'il avait trouvé drôle. Mais du coup, que croyait-elle? Qu'il suffisait de demander à ce genre de connard de rester quelques heures de plus au commissariat pour qu'il accepte ? Si encore celui-ci était un ivrogne, il aurait pu l'envoyer directement dans un bistrot, mais Jake était moins sobre que ce salaud actuellement. Le noyer sous de la paperasse pour le retenir ? Il allait appeler son avocat et la partie serait terminée. Non, Jake ne pouvait rien faire de "légalement moral" pour le retenir. Après, de là à appeler ça des dommages... " Je suis désolé Mademoiselle Walker, mais je ne fais jamais de promesses que je ne peux pas tenir." répondit-il, refusant ainsi poliment la proposition de l'assistante sociale : " Si je m'implique pour garder notre homme quelques heures de plus au comico, ça sera fait selon mes propres règles. Très franchement, des deux parties il n'y en a qu'une seule pour laquelle je me sens concerné, et j'ai d'ailleurs justement promis à celle-ci quelque chose. Et, comme je viens de vous le dire, je ne fais jamais de promesses en vain..." dit-il avec un ton paisible, ne cherchant pas a brusquer la jeune femme devant lui quand bien même s'opposait-il a sa proposition. La scrutant quelques instants, ses yeux plantés dans les siens, Jake réfléchit quelques secondes avant de reprendre la parole : " Vous savez, je pense que vous et moi menons un combat similaire. A quoi bon se prendre la tête concernant les détails ? Le plus important ce n'est pas comment on va s'y prendre pour aider ces gens, mais de quelle façon on va réussir à le faire. En se bornant l'un et l'autre à nos principes ou en travaillant tous les deux, ensemble? Que diriez-vous de prendre votre bière et de rentrer à l'intérieur pour me parler un peu de cette liste d'enfants avant Annie ? Mon offre d'enfoncer quelques portes pour vous aider ne s'appliquait pas que pour elle, je peux peut-être vous aider?" dit-il enfin, pas vraiment chaud pour rester sur cette terrasse. Jake n'était pas en train de tenter de la manipuler, même si ça pouvait y ressembler. Lui faire entendre que leur mission commune d'aider ces gens était plus importante que les détails sur comment s'y prendre, parler de liste d'enfants et non pas d'affaires humanisait son discours, et lui proposer de l'aide pour ceux-ci était une belle opportunité pour elle. Il pouvait mettre des agents sur le coup pour l'aider a faire avancer ses enquêtes plus vite, il pouvait lui offrir un accès moins réglementé aux recherches qu'elle pouvait avoir à faire, il pouvait faire avancer sérieusement les choses en contournant les délais qui lui posait sans doute souvent problème... Non, il n'était pas en train de négocier quelque chose avec elle sous forme de pot de vin avantageux. Non, cette proposition était sincère. En tant que père, il ne pouvait ignorer la souffrance de tous ces gosses. Il comprenait bien qu'elle ne pouvait pas placer Annie au dessus de sa jolie petite pile, comme il le lui avait dit. Mais il pouvait peut-être l'aider à réduire celle-ci? Il ne pouvait pas lui garantir d'avoir toujours le temps pour lui prêter main forte, ni même qu'il pourrait lui ouvrir toutes les portes, mais il pouvait au moins essayer. Il pourrait être un bélier coriace pour ça. " Donc toi, t'as une soirée de libre sans ta femme et sans ta fille, et tu veux la passer avec une assistance sociale pour parler problèmes d'enfants? T'es vraiment un mystère, Jake Davis." s'étonna Billie. C'était peut-être bien parce qu'il était seul ce soir qu'il se portait ainsi volontaire.  
(c) DΛNDELION

_________________
Tell me somethin' girl
ARENT'T YOU TIRED TRYIN' TO FILL THAT VOID?
Or do you need more? Ain’t it hard keeping it so hardcore? I’m falling... In all the good times I find myself longin' for change, and in the bad times, I fear myself... ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Alena M. Walker

▌Date d'inscription : 22/12/2018
▌Messages : 729
▌Crédits : Alaska
▌Age du perso : 32
▌Adresse : Dans l'Upper East Side, dans le penthouse de ses grands-parents en attendant de trouver quelque chose
▌Métier : Assistante Sociale
MessageSujet: Re: Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. EmptySam 23 Mar - 19:25


   
Tout le monde dispose de trois vies
Al savait qu’elle était allée un peu loin en parlant au policier comme elle l’avait fait. Le pauvre n’était pour rien si elle n’arrivait pas à faire avancer ses autres dossiers. Au moins lui avait le mérite de s’intéresser vraiment à la petite Annie. Elle avait cette chance la petite d’avoir une personne qui pouvait vraiment l’aider. Une petite bouffée de jalousie envahit la jeune femme qui la refoula aussitôt. Elle était heureuse de voir qu’un de ses dossiers allait avoir une fin heureuse et Alena était prête à tout pour que cela se passe le mieux possible. La jeune femme se reprit donc et s’excusa auprès de son compagnon qui n’avait pas du comprendre grand-chose à ce qui venait de se passer. Mais encore une fois ce n’était pas de sa faute. Alena avait encore le voyage et une nuit assez courte dans les pattes. Melo lui manquait et Chris aussi. Leur rupture s’était passée trop vite et d’une manière trop soudaine. Et la pile de dossiers dont elle avait pris connaissance aujourd’hui n’avait pas aidé à s’acclimater à son retour dans sa ville natale. D’ailleurs, elle ne pouvait s’empêcher que si le Capitaine ne s’était pas pointé comme une fleur, elle aurait peut-être commis l’erreur de rappeler son ex. Il l’avait peut-être sauvé elle aussi d’une certaine manière. Penser à toute cette première journée lui donner mal au crâne alors elle prit son verre qu’elle vida presque d’une traite provoquant la surprise de son compagnon de soirée. Et loin de la juger, il semblait la comprendre. Il lui offrit gentiment son verre ce qui la fit rougir un peu gênée.

Passant à autre chose, elle entreprit de lui demander de lui faire gagner une demi-journée. Elle avait des rendez-vous qu’elle ne pouvait absolument pas décaler sous-entendant de ne pas faire de mal au père de famille. Jake la récompensa par un rire ce qui la surprit. Elle comprit alors qu’il pensait qu’elle plaisantait. Elle fronça alors les sourcils et il dut finalement piger que cela ne la faisait pas rire elle. Il s’arrêta brusquement et lui dit franchement qu’il ne pouvait lui promettre une telle chose. Paradoxalement, cela détendit Alena. Au moins, il n’allait pas la baratiner et il était assez sincère pour lui dire clairement que cela se fera selon ses règles à lui. Elle sourit alors plus directement.

« C’est on ne peut plus clair Capitaine. Et je vous remercie de votre franchise. »

Cela la changeait des discours formatés des personnes avec qui elle avait à faire à longueur de temps. La jeune femme aimait les choses claires et simples. Rien ne l’insupportait plus que l’hypocrisie et le mensonge. Un deuxième bon point pour le policier. Qui enchaina sur le fait qu’ils menaient le même combat tous les deux. Elle arqua un sourcil un peu amusé par le ton que prenait la conversation. Un petit sourire amusé vint étirer ses lèvres finement ourlées. Elle ne savait pas quoi répondre à sa proposition. Certes, c’était extrêmement tentant mais elle avait peur de franchir une limite la brune. Elle avait l’intuition que Jake n’était pas du genre à faire les choses à moitié. Elle ne voulait pas lui causer des ennuis et par ricochet en avoir aussi. Parce qu’elle ne voulait pas perdre son travail. Elle ne voulait pas perdre la chance de pouvoir aider les personnes qui en avaient besoin. La jolie brune ne répondit donc pas dans un premier temps pour se lever en prenant sa bière.

« Allons donc à l’intérieur Capitaine »

N’attendant pas sa réponse, elle entra dans le bar. Elle était certaine qu’il allait la suivre sans avoir même besoin de se retourner. Après tout c’était lui qui lui avait proposé d’entrer non ? Elle passa près du comptoir et demanda une autre bière pour Jake en indiquant l’endroit où l’amener. Alena avait déjà repéré une petite table un peu à l’écart tout en ayant une vue sur la salle. S’asseyant, elle regarda Jake prendre place à son tour et attendit que la bière arrive. Souriant à son compagnon, elle lui dit

« La bière est remboursée. Et excusez-moi, je viens de me rendre compte que je ne vous avais même pas remercié pour celle-là… Merci »

Elle resta un instant silencieuse avant de lui demander

« Votre commissariat a-t-elle une grande capacité Capitaine ? Elle pourra vraiment contenir tous les salauds que je vous enverrais ? »

Mi-ironique mi-désabusée, Alena regarda le blond dans les yeux essayant de savoir ce qu’il avait à répondre à ça. L’endroit leur conférait une certaine intimité et de l’extérieur, on pourrait presque croire à un couple en train de se prélasser après une journée au travail.

Si seulement…

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   

_________________

Take me, pull me all around. Break me, I'm yours.
- in this moment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jake Davis

▌Date d'inscription : 23/12/2018
▌Messages : 484
▌Crédits : endlessly epic
▌Age du perso : 33
▌Adresse : Une jolie maison à Staten Island, dans le quartier de Mindside #1522
▌Métier : Capitaine de Police - s'occupe principalement de Brooklyn
MessageSujet: Re: Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. EmptySam 23 Mar - 23:07

Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète.
Alena & Jake

« J'adore les plaisirs simples. Ils sont le dernier refuge des gens compliqués. »
Jake s'était toujours qualifié comme quelqu'un de plutôt clairvoyant, pourtant, il avait bien du mal à cerner le tête à tête qu'il partageait ce soir avec l'assistante sociale. Elle était plutôt complexe à comprendre, à vrai dire.  Généralement,  lorsque Jake n'effrayait pas les gens de par sa carrure, il dégageait quelque chose de plutôt amical. Évidemment, ceci dépendait clairement de son humeur, vous n'auriez pas envie de l'approcher de trop près dans ses mauvais jours. Mais, en dehors du cas de cette fillette qui le travaillait, il n'était pas dans l'un de ceux-ci. C'était donc avec cette amicalité qu'il avait abordé la jeune femme, en l'invitant à prendre un verre. Elle avait tout de suite comprit qu'il avait pour idée de parler de l'affaire qui les avait réuni aujourd'hui. Chose qu'ils firent rapidement, sans détour. Sa requête concernant le fait de faire passer en priorité le cas d'Annie n'eut pas l'effet escompter, puisque le ton d'Alena se fit plus froid, tout comme son langage corporel. Son visage s'était fermé, et il comprit qu'il n'aurait pas dû lui demander ça, comprenant rapidement qu'elle avait déjà tout un tas de dossiers sur le feu qui méritaient autant d'attention que celui d'aujourd'hui. Jake tenta alors de rattraper le coup, conservant une attitude pacifique avec elle, lui offrant même sa bière en guise de calumet de la paix. Si sa sacrée descente pouvait éteindre le feu qui s'agitait dans ses yeux, c'était un coup à tenter. Heureusement, il n'eut pas l'impression d'être vraiment à l'origine de cette ardeur. C'était son travail, et toutes les horreurs qu'il englobait qui agitait ce feu en elle. Et c'était tant mieux, non ? Jake s'en servait comme un puissant carburant, et si elle faisait de même, il n'y avait aucune raison qu'ils ne puissent collaborer tous les deux. Il lui fit d'ailleurs cette proposition, pensant sincèrement pouvoir lui être utile. En soit, les gamins dont elle s'occupait n'étaient pas directement son problème, mais n'avait-il pas juré d'aider chaque citoyen Américain ? Il l'invita au passage à entrer dans le bar. Ils avaient beau avoir du feu en eux, ça n'allait guère les garder au chaud...

Elle était assez complexe à comprendre, parce qu'il ne savait pas vraiment sur quel pied danser avec elle. Lorsqu'il se montrait impliqué dans cette affaire elle l'envoyait presque bouler - d'accord, c'était surtout parce qu'il s'y était mal prit- et lorsqu'il s'opposait à elle, elle appréciait sa franchise ? Comme lorsqu'il lui avait certifier ne pas faire de promesses qu'il ne tiendrait pas, concernant la façon dont il comptait s'occuper du paternel. Et son discours sur le fait qu'ils pouvaient travailler ensemble ? Ca l'avait fait sourire. Elle n'y avait pas répondu, mais au moins, il ne l'avait pas fait fuir puisqu'elle accepta d'entrer dans le pub. Il en conclut donc que, puisqu'elle n'avait pas bu sa bière cul-sec pour se sauver de là, il s'agissait probablement de l'option A, celle qu'avait proposé Billie : elle passait une sale journée. " J'ai toujours raison tête de Troll, quand le comprendras-tu?" nargua-t-elle en traversant la porte pour les suivre à l'intérieur. La brune s'installa à une table qui faisait face à la salle, n'offrant qu'une banquette arrondie comme assise pour les deux. Il prit place à côté d'elle alors qu'on lui servait déjà une bière,  qu'elle avait probablement commandé en entrant avant lui. " J'en ai déjà bu assez, j'ai pas besoin d'une de plus" se moqua sa sœur d'un ton niaisard, reprenant sa pensée lorsqu'il avait cédé sa bière à l'assistante sociale. Elle le remercia d'ailleurs pour ça. Il haussa les épaules :  " J'vous en prie. Mais il ne fallait pas vous sentir obligée." sourit-il en la remerciant à son tour, levant légèrement sa bière vers elle, avant d'en boire une gorgée. Billie se marrait à cause de son manque de volonté. Attendez... Elle lui reprochait de passer l'une des rares soirées qu'il avait de libre pour parler boulot avec l'assistante sociale en charge d'Annie, et maintenant elle se moquait de lui parce qu'il mêlait l'utile à l'agréable ? Et c'était lui le mystère? Venant d'une personne qui n'existait même pas, c'était sacrément gonflé !

« Votre commissariat a-t-il une grande capacité Capitaine ? Il pourra vraiment contenir tous les salauds que je vous enverrais ? » demanda-t-elle ensuite, reprenant la conversation là où ils l'avaient laissé avant de s'installer ici. Enfin, presque... Elle n'avait toujours pas répondu à sa proposition, et il avait du mal à saisir si elle le faisait actuellement, à demi-mot. Comme déjà dit, elle semblait assez complexe à comprendre, cette jeune femme, et il ne s'y risquerait pas. Tout comme elle, Jake était quelqu'un qui appréciait que les choses soient dites clairement. C'était d'ailleurs pour ça qu'il avait apprécié qu'elle attaque directement le vif du sujet plus tôt, sans tourner autour du pot, en parlant de l'affaire.  " Vous savez, quand j'étais gosse, ma mère me disait toujours que seul, on va plus vite, mais qu'à deux, on va plus loin... -  répondit-il dans un sourire. " T'abuse Jake, tu cites maman hors contexte! En plus, c'était à moi qu'elle le disait quand je voulais pas faire d'activité avec toi !" rouspéta Billie, faisant sourire d'avantage le capitaine avant qu'il ne poursuive sa remarque -  Mais vous, vous avez la possibilité d'aller aussi vite que loin. Alors très franchement? Tout dépendra du rythme avec lequel vous comptez remplir mon commissariat, et si vous voulez le faire avec ou sans mon soutien..." conclut-il d'un ton convainquant, n'ayant pas omis qu'elle n'avait pas répondu à son offre. C'était d'ailleurs une folie de ne pas accepter, non? Conscient d'insister un peu, il décida d'ajouter, afin qu'elle comprenne sa motivation. Parce que dans le fond, il n'avait rien à y gagner, lui.  A part faire accélérer le cas de la petite Annie... Mais il ne tirerait rien de ça si ce n'était du travail en plus : " J'suis désolé si je vous donne l'impression de vouloir vous forcer la main, c'est pas du tout le but voulu. Mais vous savez, je suis moi-même père, et s'il y a bien des crimes que je peux comprendre, celui de négliger, maltraiter ou abuser de son enfant n'en fait pas parti. Pour rien au monde je ne voudrais que ma fille vive ce genre de choses. Quel genre de père je serais si je restais les bras croisés alors que j'ai les moyens d'être un outil pour vous aider, vous, et ces gamins ?" livra-t-il, avec sincérité. Billie sourit tendrement à son frère en l'entendant parler ainsi, puis tourna son regard vers la brune, curieuse d'entendre sa réponse.  
(c) DΛNDELION

_________________
Tell me somethin' girl
ARENT'T YOU TIRED TRYIN' TO FILL THAT VOID?
Or do you need more? Ain’t it hard keeping it so hardcore? I’m falling... In all the good times I find myself longin' for change, and in the bad times, I fear myself... ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Alena M. Walker

▌Date d'inscription : 22/12/2018
▌Messages : 729
▌Crédits : Alaska
▌Age du perso : 32
▌Adresse : Dans l'Upper East Side, dans le penthouse de ses grands-parents en attendant de trouver quelque chose
▌Métier : Assistante Sociale
MessageSujet: Re: Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. EmptyDim 24 Mar - 11:27


   
Tout le monde dispose de trois vies
Pour la première fois de la journée, Alena se détendit. Peut-être à cause de l’ambiance avec Jake qui s’était détendue elle aussi. La jeune femme se laissa aller contre la banquette qui était quand même plutôt confortable. A ce qu’il lui dit, elle haussa légèrement les épaules en lui répondant avec un petit sourire

« Je ne me sens pas obligée. Vous pourrez payer la prochaine tournée si vous le voulez »

Une invitation ? Cette pensée était loin de l’esprit de la jeune femme actuellement. En fait, elle ne savait pas pourquoi elle restait pour tout dire Alena. Peut-être bien pour ne pas rentrer chez elle et se retrouver seule pour la première fois depuis longtemps ? La veille en arrivant, elle était tellement fatiguée qu’elle n’avait pas réalisé. Cette soirée allait être différente. Elle était vraiment seule. Même Sunny n’était pas là et Al savait qu’elle aurait pu l’appeler. Sa blonde aurait été là mais elle ne voulait pas être ce genre de personne qui dès qu’elle se retrouvait célibataire se sentait obligée d’appeler ses amis à la rescousse. C’était une grande fille et elle pouvait gérer sa rupture comme telle. Elle était loin de la petite midinette Al si elle l’avait été un jour. Elle avait l’impression d’avoir manqué la case adolescence dans sa vie. Cette impression de vide qu’elle ressentait depuis des années. Elle se refusait à penser que c’était à cause de ce qui lui était arrivée autrefois et de son geste. Elle ne le regrettait pas mais c’était aussi parce qu’elle ne s’autorisait pas à le regretter. Elle ne s’autorisait même pas à y penser. Dans sa vie seule Sunny était au courant de ce qui lui était arrivé en dehors de sa famille. Même Chris ne l’avait jamais su. Elle avait passé l’époque de Fort Marshall, son ex en avait conclu qu’elle n’avait pas aimé la ville. Il n’en avait jamais connu la raison. Il y avait des blessures qu’on gardait pour soi au fond de son cœur.

Là tout ce qu’elle voulait c’était de ne pas rentrer chez elle à ressasser ce qui aurait dû… Alors elle avait pris la perche que lui tendait le Capitaine. Tout simplement parce qu’elle avait peur de se retrouver seule et de se rendre qu’elle venait de commettre la plus grande erreur de sa vie. C’était peut-être la fatigue qui parlait ou bien le trop plein des émotions de ces derniers temps mais elle commençait à envisager sérieusement l’offre de son compagnon. Un petit sourire répondit en écho à celui du policier. Il n’avait pas tout à fait tort. Mary n’avait pas arrêté de le lui répéter pour qu’elle sorte plus lors de ses années en Angleterre. Elle ne voulait pas que sa petite-fille s’enferme dans sa mélancolie et avait tout fait pour qu’elle reprenne une vie normale après son drame.

« Et je suppose que ça ira plus vite avec votre aide ? »

Elle n’avait pas encore accepté mais était de plus en plus près de le faire et ce qu’il lui dit ensuite ne fit que rajouter du crédit à son actif. Al se demanda pourquoi il n’était pas avec sa fille ce soir. Il était dans le bar bien avant qu’elle n’y entre. La jeune femme en conclut qu’il n’avait pas sa fille ce soir. Il devait être séparé de la mère de son enfant. Ce n’était pas facile d’être avec quelqu’un dans les forces de l’ordre. En tant que fille de militaire, elle ne pouvait que comprendre les drames que vivaient les familles de ceux qui partaient. Combien de divorces avait-elle vu dans son enfance ? C’était aussi pour cette raison qu’elle trouvait l’amour qui avait lié ses parents aussi beau. Et qu’elle rêvait de le connaître un jour. Ou qu’elle avait connu et qu’elle avait laissé échapper… Repoussant une nouvelle fois Chris de ses pensées, la jeune femme dit au policier

« Vous êtes un bon père Capitaine… Bien rares le sont de nos jours… », murmura-t-elle.

Elle avait connu le meilleur Al. Thomas bien que peu présent avait réussi à marquer d’une façon indélébile les personnes qui l’avaient connu. Cecilia ne pouvait évoquer son défunt premier mari sans en avoir les larmes aux yeux. Il avait été son premier et grand amour. Et bien qu’elle aimait James, Thomas resterait à jamais son grand amour. Et Al ne pouvait penser à meilleur père que cet homme. Nul doute qu’il aurait été horrifié par tout ce que sa fille voyait au quotidien.

« Ecoutez voyons voir ce que donne l’affaire d’Annie et ensuite on verra… d’accord ? »

Levant sa bière, elle rajouta

« A une éventuelle collaboration win/win Capitaine… »

Avisant un jeu de fléchettes, elle lui lança un brin taquine

« Êtes vous fin tireur ? »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   

_________________

Take me, pull me all around. Break me, I'm yours.
- in this moment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jake Davis

▌Date d'inscription : 23/12/2018
▌Messages : 484
▌Crédits : endlessly epic
▌Age du perso : 33
▌Adresse : Une jolie maison à Staten Island, dans le quartier de Mindside #1522
▌Métier : Capitaine de Police - s'occupe principalement de Brooklyn
MessageSujet: Re: Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. EmptyLun 25 Mar - 22:40

Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète.
Alena & Jake

« J'adore les plaisirs simples. Ils sont le dernier refuge des gens compliqués. »
Jake essayait toujours de convaincre Alena d'accepter son aide pour aider les enfants dans le besoin. C'était d'ailleurs étrange qu'il s'y attache autant. Mais, comme il venait de lui faire remarquer, il ne pouvait pas ignorer le problème. Ces gamins avaient besoin que des adultes se préoccupent d'eux, pour de vrai. Ça ne faisait pas vraiment parti du travail du Capitaine, mais c'était le genre d'heures sup' sur lesquels il ne rechignait vraiment pas. « Vous êtes un bon père Capitaine… Bien rares le sont de nos jours… » commenta l'assistante sociale après qu'il ait confié quelques mots à propos de Abby. Ce compliment étira un fin sourire sur son visage, sourire toutefois relativement humble. L'était-il vraiment ? En tout cas, il faisait tout ce qu'il pouvait pour que ce soit le cas, oui. Il ne pu s'empêcher de penser  au fait qu'ils mentaient effrontément à Abby, avec Maddie, en lui faisant croire qu'entre papa et maman, tout allait comme sur des roulettes. Là où certain y voyait du mensonge, Jake voyait là une façon de préserver son enfance des problèmes d'adultes. Peut-être lui en voudrait-elle un jour, peut-être qu'avec plus de recul il finirait par penser qu'ils avaient choisit la mauvaise option, mais aujourd'hui, il avait l'impression de faire ce qui était juste pour elle. Et puis, ça n'était pas comme s'ils se détestaient non plus... Jake faisait de son mieux avec elle, et pour le moment, ça portait ses fruits. Serait-il toujours son papa préféré du monde si elle apprenait que Papa avait fait beaucoup de peine à maman en s'éloignant d'elle jour après jour, si elle apprenait que Papa n'était pas toujours qu'un gentil ? Pour l'heure, il profitait de ses câlins et bisous spontanés, elle aurait tout le temps de le détester plus tard en claquant les portes lorsqu'elle sera adolescente. Mon dieu, qu'il redoutait ce moment.

Alena proposa alors de voir ce que donnerait leur affaire commune concernant la fillette, avant d'envisager plus.  Il tinta sa bière contre la sienne lorsqu'elle porta un toast à une éventuelle collaboration win/win, bien que se terme l'amusa doucement. Il en avait, des marchés, à travers toutes la ville. Aucun d'eux n'étaient aussi peu win/win que celui-là. Mais de tous ceux-ci, celui là était indéniablement le plus honorable. Quoi que, pour le respecter, il devrait sans doute faire deux ou trois choses peu recommandable. Mais ça, comme il le lui avait dit, ça relevait du détail. Et le détail, il s'en foutait pas mal. Alors qu'il buvait une bonne gorgée à la fin de ce toast - Alena n'était pas la seule a avoir une bonne descente - elle lui demanda s'il était fin tireur. Hein ? Il rabaissa sa bière tout doucement, essayant de comprendre d'où sortait cette demande mais Billie le devança : " elle parle des fléchettes..." Son regard se déporta alors sur le jeu, un peu plus loin. Ah, oui, il l'avait vu tout à l'heure. Il essuya la bière autour de sa barbe du revers de la main. Heureusement qu'elle était là, pour mettre au clair ses pensées. Jake avait une très bonne mémoire, quelle soit auditive ou visuelle. En se concentrant, il pourrait tout à faire décrire, les yeux fermés, toutes les personnes dans son champs de vision, et même celles croisées un peu plus tôt. C'était un grand atout, surtout lors d'une enquête. Mais il avait parfois du mal à faire le tri dans ces informations, et Billie l'aidait en le faisant pour lui. Au final, il le faisait tout seul, tout ce qu'elle savait, c'était parce qu'il le savait aussi... Mais il aimait bien penser qu'elle était encore là, pour l'aider, à chaque fois. " Si vous m'autorisez à viser la cible avec mon arme je pourrais vous épater - dit-il avec assurance. Parce que oui, avec n'importe quelle arme en main, Jake pouvait atteindre n'importe quelle cible, avec une pourcentage d'échec suffisamment minime pour ne pas être mentionné - mais je n'suis pas convaincu que ce soit autorisé par la fédération des fléchettes... et j'ai bien compris que vous étiez le genre de femme à respecter les règles, coute que coute.." termina-t-il dans un clin d’œil furtif, faisant référence à ses propos précédents, concernant la bonne procédure à suivre pour garder le père d'Annie quelques heures supplémentaires au commissariat. Une pique ? Non, juste une petite plaisanterie à la Jake.

Il se douta que, si elle mentionnait le jeu, c'était potentiellement pour faire une partie. Autrement, elle aurait fait comme lui jusqu'ici, elle aurait ignoré la présence de la cible. Mais ça ne l'embêtait pas d'y jouer, ça faisait bien des années qu'il ne l'avait pas fait. Aussi, il supposa que si elle parlait de ce jeu, c'était probablement parce qu'elle n'était pas une amatrice de lancés de fléchettes. Le ton de sa voix sonnait beaucoup trop comme une invitation à un défi pour qu'elle n'ait pas cette idée derrière la tête, et ce talent entre les doigts.  Et si elle lui mettait une raclée? Il en rirait, en espérant ne jamais avoir à sauver personne avec ça comme unique arme. " Et vous, êtes vous suffisamment impitoyable pour oser humilier un prétendu tireur d'élite ?" sourit-il, en se relevant déjà de la banquette qu'ils partageaient jusqu'ici, l'invitant à l'affronter. Il attrapa ce qu'il restait de sa pinte, et l'embarqua avec lui. " Je sais ce que tu fais." dit alors Billie, venant attraper le bras de son frère. Il lui adressa un sourire.  En temps normal, lorsque Jake trainait avec une femme, sa sœur avait tendance à lui rappeler de façon intempestive l'existence de Maddie. Cette fois-ci, elle n'en fit rien. Simplement parce que Jake n'avait pas d'idée derrière la tête, si ce n'était tenter de changer un peu les idées de cette femme. Il avait conclut un peu plus tôt qu'elle avait passé une sale journée, voir peut-être une sale semaine. Profiter d'une soirée relax ne lui ferait pas de mal, non ? Et pour être tout à fait honnête, ça faisait du bien aussi au capitaine. Parler de Abby un peu plus tôt lui rappelait qu'elle ne serait pas à la maison lorsqu'il rentrerait, ce qui ne lui donnait franchement pas envie de se retrouver chez lui. Alors, s'il pouvait étirer la soirée avec cette assistance sociale aussi longtemps que possible, il n'allait pas cracher sur cette option. Il était là, le vrai win/win, non ? Jake posa sa bière sur le rebord en bois qui longeait le mur, et inséra un billet dans la machine avant de récupérer les fléchettes, qu'il tendit à la demoiselle : " Les femmes d'abord." précisa-t-il avec galanterie avant de remonter les manches de sa chemise pour gagner en flexibilité. Ça ne changerait probablement rien à son niveau, mais il avait le mérite de faire l'effort en tout cas !    
(c) DΛNDELION

_________________
Tell me somethin' girl
ARENT'T YOU TIRED TRYIN' TO FILL THAT VOID?
Or do you need more? Ain’t it hard keeping it so hardcore? I’m falling... In all the good times I find myself longin' for change, and in the bad times, I fear myself... ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète. Empty

Revenir en haut Aller en bas

Tout le monde dispose de trois vies : une vie publique, une vie privée, et une vie secrète.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tout le monde s'en fout...
» Relations d'un tout nouveau monde
» Bonne nuit tout le monde
» Le fort dévore le faible. Et tout le monde laisse faire. || Soma
» Les Questions que tout le Monde se pose !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wait a minute :: Flashback :: Le passé ne s'oublie pas, il se cultive-